LA LIBERATION DES CAMPS

// Image LA LIBERATION DES CAMPS

Player apocalypse

Télécharger le player flash pour voir la carte

Get Adobe Flash player

Diaporama

La libération des camps

  • Agrandire
  • Rétrecir

Les grandes offensives lancées par les Alliés en direction de l’Allemagne à partir de l’été 1944 amènent les armées soviétiques, américaines et britanniques à la porte des camps dans lesquels les Alliés découvrent des milliers de survivants dans un état de faiblesse extrême.

Les camps libérés par l’Armée Rouge

En juillet 1944, l’Armée Rouge libère Majdanek, grand camp nazi situé près de Lublin, en Pologne. Surpris par la rapidité de l’avance soviétique, les nazis avaient bien tenté de dissimuler les preuves des massacres en incendiant le four crématoire principal mais ils n’eurent pas le temps de démolir les chambres à gaz. Les troupes de l’Armée Rouge libérent aussi les camps de Belzec, Sobibor et Treblinka, dont les infrastructures avaient été démantelées par les Allemands en 1943.

La libération d’Auschwitz, 27 janvier 1945

Bien que mi août 1944, l’Armée Rouge ne soit plus qu’à 200 km d’Auschwitz, les nazis poursuivent leur politique d’extermination. Ce n’est qu’en novembre 1944 que les trois crématoires restés en activité sont dynamités. Auschwitz, le plus grand des camps de concentration et d’extermination est libéré par l’Armée Rouge le 27 janvier 1945. Les troupes soviétiques y trouvent quelques milliers de détenus, abandonnés par les nazis qui avaient quitté le camp en emmenant avec eux la majorité des déportés valides pour une interminable marche de la mort. Là encore, les nazis avaient tenté d’effacer les traces, en détruisant les listes des juifs exterminés, en tuant la plupart des témoins oculaires des meurtres de masse et en détruisant les fours crématoires, preuves incontestables du massacre. Des entrepôts qui avaient échappé à la destruction abritent encore, à l’arrivée des soviétiques, des centaines de milliers de vêtements, mais aussi des montagnes de cheveux.

La libération des camps par les armées américaines et britanniques

Le camp de Buchenwald est libéré le 11 avril 1945, quelques jours après avoir été évacué par les Allemands. 20 000 prisonniers s’y trouvent encore. Suivront les camps de Dora-Mittelbau, Flossenburg, Dachau et Mauthausen. Bergen-Belsen est libéré par les Britanniques, mi avril 1945. 60 000 détenus, affaiblis par une épidémie de typhus qui condamne à mort les plus fragiles, accueillent avec soulagement les libérateurs. Malheureusement, beaucoup de prisonniers mourront dans les semaines suivant leur libération.

Si les armées alliés découvrent avec horreur les amoncellements de cadavres décharnés abandonnés par leurs bourreaux avant leur fuite, elles ne perçoivent pas encore toute l’horreur des camps et de l’extermination nazie.

Atlas de la Seconde Guerre mondiale, Isabelle Bournier et Marc Pottier, Casterman, 2006

// Événements

La bataille de Dunkerque

Le Corps Expéditionnaire Britannique, l’armée belge, et les armées françaises, sont encerclées.

Débarquement des alliés en Sicile

Une nouvelle opération de débarquement est prévue en Sicile, sur un front de 160 kilomètres, entre les ports de Licata à l’ouest et de Syracuse à l’est.

La bataille de Moscou

Les Sibériens ne craignent pas le froid, ce sont des chasseurs. Leur gibier, cette fois, c’est l’Allemand...

// Protagonistes

Karl Dönitz

Contre-amiral en 1939, Karl Dönitz commande au début de la Seconde Guerre mondiale l’ensemble de la flotte sous-marine du Reich

Dwight D. Eisenhower

Général américain dont le grand prestige lui a valu d’être élu Président des Etats-Unis en 1952

Friedrich Paulus

Commandant allemand pendant la bataille de Stalingrad qui se termina en janvier 1943 par la reddition de ses troupes