08/11/1885 - 23/02/1946

Tomoyuki Yamashita

  • Agrandire
  • Rétrecir

Le général japonais Tomoyuki Yamachita fait son entrée dans l’histoire en envahissant la Malaisie le 8 décembre 1941. A la tête de 30.000 hommes, il s’empare de toute la péninsule en huit semaines et contraint à la capitulation les 120.000 défenseurs britanniques, indiens et australiens de Singapour - un exploit qui lui vaudra le surnom de « Tigre de Malaisie ». Yamachita, qui suscite des jalousies à Tokyo et ne cache pas son opposition à la guerre, est ensuite transféré en Mandchourie. Mais à la fin de septembre 1944, on l’envoie à Manille pour organiser la défense des Philippines. Arrivé sur place une semaine seulement avant le débarquement américain à Leyte, commandant 230.000 hommes d’une armée très affaiblie et dispersée sur l’ensemble de l’archipel, il ne peut se concentrer sur la défense de l’île de Luçon. Pourtant, lorsque MacArthur y débarque en janvier 1945, Yamashita organise une résistance farouche à partir du nord de l’île, et il ne se rendra avec les débris de son armée qu’après la capitulation du Japon. Accusé de crimes de guerre qu’il n’a pu commettre et a même tenté d’empêcher, le général Yamachita est exécuté à Los Baños le 23 février 1946, après une parodie de procès.

Une source Historia.

// Dossiers

LA LIBERATION DES CAMPS

Surpris par la rapidité de l’avance soviétique, les nazis tentent de dissimuler les preuves des massacres...

LA PROPAGANDE : ARME DE GUERRE ?

Hitler a très vite compris ce que la propagande pouvait apporter à son projet diabolique.

LES ARMES SECRETES DU JOUR J

Le débarquement en Normandie est un extraordinaire défi à la technologie.

// Événements

La bataille d’El Alamein

Montgomery déclenche son offensive dans le style de la première guerre mondiale...

Angleterre : l’esprit de résistance

Les Anglais attendent une invasion allemande. Ils s’y préparent...

Guadalcanal : victoire des américains

Les combats de Guadalcanal vont durer six mois. Une guerre d’usure. Les Marines se sentent pris au piège de ce qu’ils appellent « L’enfer vert ».